Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 14:10

Ce matin, vendredi 13, anniversaire.
Sa peau fine. Sa bouche et ses pommettes rosies. Ses mains glacées.
Sa voix qui disparaît. Son fantôme muet qui ne me quitte jamais.

Elle est là. Elle me manque. Elle n’est pas la seule.
D’autres l’accompagnent. Leurs souvenirs murmurent une triste mélodie chaude et salée qui pourrait me plomber.
Debout. Ce n’est pas le sujet.

Une autre année. Une éternité.
Nous allions la célébrer, souffler avec elle ses bougies.
Nous dinions. Les téléphones ont commencé à vibrer. La fin avait sonné.
Dans la lumière bleue des écrans, nos visages se figeaient.
Nous cherchions des preuves de nos ami·es en vie.
Si le hasard n’avait pas frappé. S’ils et elles étaient en sécurité.
L’horreur avait surgi.
L’effroi nous vidait de toute envie.
Nous essayions de ne pas couler dans la nuit.

Cinq ans plus tard, dans cette deuxième vague contaminée, je ne rêve que de les retrouver et danser.
Les frôler, les embrasser dans une foule de sueur. Y Plonger de tout mon cœur.
Sentir la musique dans ma cage thoracique, être bousculée par leurs corps.
Que cette fête ne finisse jamais. Que nous n’ayons pas peur.
Être réchauffée. Être rassasiée de leur présence.
Lire sur leurs lèvres. Sourire à pleines dents.

Il faudra du temps.

Quand le moment sera venu, les barrières levées, nous nous retrouverons.
Nos gestes n’attendront plus aucun autorisation.
Nous ne nous cacherons plus derrière des masques et des postures.
Nous nous aimerons sans distance.

Effronté·es, maladroit·es, sans pudeur.

Nous nous aimerons de toute évidence.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 14:30

Messages à la pelle.

Destination. Organisation. Provisions.

Le féminin l’emporte sur le masculin.

#chargementale

 

Rien n’oublier pas même la lotion anti-moustique.

C’est la saison.

#perfectmother

 

Pousser les murs de nos appartements haussmanniens.

Se retrouver aux beaux jours, en plein air.

En juin, ce sera bien.

 

Comme un premier baiser au goût salé, chips aux parfums qu’on n’osait pas même imaginer.

Chercher et trouver dans chaque nouveau supermarché visité, chaque épicerie fine même et surtout à l’étranger, la perle rare sans huile de palme – ce lien croustillant et à forte valeur ajoutée.

 

Apprendre à partager.

Sauter la sieste.

Tenir son rôle, équilibre des forces.

Parenthèse sans anicroche.

L’éducation des enfants ne fera pas question.

Sans peur ni reproche.

 

Vannes sans limite de péremption – comique de répétition.

Madeleine de prout, l’option scato adoptée à l’unanimité.

Des règles il en sera question, on ne peut en faire l’exception.

 

Le point sur nos vies, nos envies…

Entretenir ce lien malgré la distance, les enfants, le quotidien.

Les absents.

On n’est pas si loin. On en a besoin.

 

Amitiés nées, partagées sur les bancs de la fac, dans une classe prépa, dans une chambre d’internat, lors d’un premier CDI, c’était dans d’autres vies.

Les amours de nos amis, il en va sans dire, entrent dans la ronde.

Plus on est de fous, plus on rit.

 

Il y a une décennie, nous pataugions dans le houblon.

L’odeur des saucisses cramées ne nous quittait pas avant les premières heures du lendemain.

Nos périnées n’avaient pas encore morflé.

Ils et elles nous suivaient.

En héro-ïne-s très discrets.

Avec, nous étions invincibles.

Avec, le monde reste à nous.

 

Jamais d’effusion, ni de promesses à l’emporte-pièce.

Aucune ombre au tableau encore ce jour.

Une après-midi sans loup.

Nos vies s’entremêlent.

Et on voudrait que jamais la lune ne se lève.

 

Il y aura des restes.

Partage équitable.

On repart plus chargé, rechargé.

 

Dans le RER du retour, la vérité sortie de la bouche de l’enfant innocent, évidente.

« C’était bien ».

 

Avant de s’endormir, on rêve à programmer de nouvelles équipées.

D'amourmitié.

Le Déjeuner sur l'herbe, Claude Monet

Le Déjeuner sur l'herbe, Claude Monet

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Vodka Lemoni
  • : Pas de justification. Pas de démonstration. Que des tripes avec du style et quelque élégance. Eviter de tomber dans le piège de l'egotrip "Miroir mon beau miroir". Sortir de l'éternelle fatalité "Vous êtes de ceux qui mettent leur orgueil dans ce qu'ils ne font pas" hein Simone. Et pour rendre à Patrick ce qui est à Patrick : "Il vaut mieux vivre avec des remords qu'avec des regrets" So, que la fête commence !
  • Contact

Recherche

Liens